© Phil Moore

Les fonds publics devraient servir la santé publique et non des intérêts privés

Les fonds publics devraient servir la santé publique et non des intérêts privés

Dans le monde, les gouvernements financent la recherche et le développement (R et D) médical à l'aide de fonds publics — plus d'un milliard de dollars ont déjà été engagés par le gouvernement canadien pour développer un vaccin contre la COVID-19.

La recherche ainsi financée a conduit à d’importantes innovations. Au Canada, ce sont des chercheurs ayant bénéficié de fonds gouvernementaux qui ont développé un vaccin contre Ebola, l'insuline et le stimulateur cardiaque.

Malheureusement, la plupart des pays, dont le Canada, exigent rarement que les innovations résultantes soient préservées pour la santé publique ou rendues abordables et accessibles à ceux qui en ont besoin.

Ces vaccins, médicaments et technologies médicales financés par l'État sont souvent vendus à des entreprises privées, qui décident qui y aura accès et à quel prix.

Cela est inacceptable.

Garanties et transparence, des éléments essentiels

Essentiellement, les innovations médicales financées par des fonds publics devraient servir à répondre aux besoins des prestataires de soins de santé publique, et non à ceux des sociétés pharmaceutiques privées. Aujourd'hui, alors que les gouvernements dépensent des milliards de dollars pour mettre au point les outils nécessaires pour lutter contre la COVID-19, nous devons nous assurer que les médicaments et vaccins qui en résulteront seront abordables et accessibles à tous ceux qui en ont besoin.

Nous pouvons y parvenir. En exigeant que les médicaments, vaccins et autres outils médicaux mis au point avec des fonds publics au Canada soient abordables et accessibles pour les patients et les systèmes de santé du monde entier, nous pouvons protéger nos investissements publics dans la R et D médicale.

Passez à l’action dès aujourd’hui!

Aujourd'hui, Médecins Sans Frontières (MSF) demande à 100 000 Canadiens de se joindre à nous pour demander à la ministre de la Santé du Canada un changement de politique simple :

Le système canadien de financement de la R et D médicale devrait inclure des garanties pour que tous les médicaments, vaccins et innovations médicales découverts ou mis au point avec des fonds publics soient rendus abordables, accessibles et disponibles pour ceux qui en ont besoin - sans brevets, ni monopoles, ni prix élevés.

En signant notre pétition, vous nous aidez à envoyer un message clair au gouvernement canadien que les médicaments urgemment nécessaires, tels que ceux contre la COVID-19, doivent être disponibles à ceux qui en ont besoin, y compris aux Canadiens qui ont payé pour les mettre au point.

Dites à la ministre de la Santé du Canada de prendre des mesures concrètes pour prioriser l'accès des patients plutôt que les intérêts privés :

« Je crois que tous les médicaments, vaccins, tests diagnostiques et dispositifs médicaux découverts avec des fonds publics, y compris ceux qui permettront de lutter contre la COVID-19, doivent être abordables, accessibles et disponibles à tous ceux qui en ont besoin. »

 
*MSF protègera vos renseignements personnels et vous informera des actions que vous pouvez prendre afin que l'aide médicale, les soins de santé et les interventions humanitaires soient accessibles à tous, partout dans le monde.

 

 

Votre message à la ministre de la Santé du Canada

 

Madame la Ministre Hajdu,


Comme la pandémie de COVID-19 de 2020 l'a clairement démontré, le financement public pour mettre au point de nouveaux médicaments, vaccins et autres technologies médicales est essentiel. Les gouvernements du monde entier ont engagé des milliards de dollars pour développer les outils de santé publique dont nous avons tous besoin pour contrer la COVID-19. Le gouvernement canadien ne fait pas exception : il a engagé plus d'un milliard de dollars dans la recherche et le développement (R et D) en lien avec la COVID-19.


Le financement public est souvent l'épine dorsale de la R et D médicale, car il vient soutenir la découverte et le développement de nouveaux médicaments, vaccins et technologies médicales dont nous avons tous besoin. Au Canada seulement, parmi les découvertes réalisées dans les laboratoires financés par des fonds publics, on compte un vaccin contre Ebola, l'insuline, le stimulateur cardiaque, un vaccin contre haemophilus influenzae, pour ne nommer que ceux-là.


Cependant, la façon dont le système de R et D médicale fonctionne aujourd'hui rend souvent les technologies de santé vitales hors de la portée des patients et des systèmes de santé, même si c'est le public qui a payé pour les mettre au point.


En effet, même lorsque les gouvernements dépensent des fonds publics pour la recherche en santé, les innovations qui en résultent sont presque inévitablement vendues et deviennent la propriété de sociétés pharmaceutiques privées plutôt que du public. Cela signifie que les entreprises sont libres de facturer le prix qu'elles veulent, et même les médicaments essentiels à la survie ne sont souvent accessibles qu'à ceux qui peuvent se permettre d'en payer des prix élevés, et non à ceux qui en ont le plus besoin.


Cette situation est inacceptable. Le financement public de la recherche médicale devrait engendrer des médicaments, des vaccins et des outils médicaux abordables et accessibles à tous ceux qui en ont besoin. « Les médicaments ne devraient pas être un luxe. »


Le Canada peut prendre des mesures immédiates et sensées pour aider à changer cette réalité. Tout financement public de la R et D médicale devrait s'accompagner d'exigences contraignantes pour que les produits résultants soient abordables, accessibles et disponibles à tous ceux qui en ont besoin, qu'ils vivent au Canada ou ailleurs dans le monde. Le financement public de la recherche médicale devrait déboucher sur des technologies médicales accessibles aux patients et aux systèmes de santé.


C'est pourquoi je vous exhorte, Madame la Ministre, en tant que représentante du gouvernement canadien et ministre fédérale de la Santé, à prendre les mesures suivantes :

  • Privilégier l'accès des patients plutôt que les intérêts privés en instaurant immédiatement des garanties et des conditions qui exigent que les bénéficiaires de fonds publics canadiens soient tenus de rendre tout médicament, vaccin, test diagnostique et autre technologie médicale découverts ou mis au point avec des fonds publics, disponibles et accessibles à tous ceux qui en ont besoin, y compris aux Canadiens et aux personnes vivant dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, à un prix abordable, sans brevet ni monopole.

L’heure est à l’urgence. Le Canada a déjà engagé plus d'un milliard de dollars pour financer la recherche sur les médicaments et les vaccins visant à stopper la propagation de la COVID-19. Toutefois, en l'absence de garanties, rien ne nous assure que les outils de santé publique financés par votre gouvernement seront abordables et accessibles aux personnes les plus exposées à cette maladie, qu'elles se trouvent au Canada ou ailleurs.


« Les médicaments ne devraient pas être un luxe. » L'argent des contribuables canadiens ne devrait pas servir à offrir une propriété intellectuelle aux sociétés pharmaceutiques privées. En faisant ce simple changement, votre gouvernement peut aider à garantir que les médicaments dont nous avons urgemment besoin, y compris ceux qui sont mis au point pour lutter contre la COVID-19, seront disponibles aux personnes qui en ont le plus besoin et aux Canadiens qui ont aidé à en payer le développement.

 

Cordialement,


- Prénom

 

Accessibilité Conditions Protection des renseignments